Compte-rendu de réunion Collectif Nouvelle Ecologie

Compte-rendu de Virginie Castagnol

 

Réunion programmatique du 18 mai 2015

du Collectif Nouvelle Ecologie

  

Réunion écourtée et chamboulée en raison des événements cités dans un précédent article, néanmoins, nous avons pu bénéficier d'un complément

informatif quant à l’agriculture de conservation présentée à la réunion du 13/04/2015 par Gabriel Bouché, un exposé sur le diesel d’Eric Richermoz qui faisait suite à celui sur la pollution de l’air de la séance précédente et enfin un aperçu des multiples méfaits du TAFTA notamment au niveau environnemental par Jean-Pierre Malaspina.

 

 

AGRICULTURE DE CONSERVATION


Nous nous situons dans l’Agriculture Écologiquement Intensive (AEI) dont l’objectif est de produire plus en utilisant moins :

  • d’eau,

  • d’engrais,

  • de pesticides et

  • d’énergie.

Plus précisément dans l’Agriculture de Conservation (AC) qui demande trois techniques simultanées, à savoir :

  • la couverture permanente des sols et les semis directs,

  • la rotation des cultures et

  • l’absence de labour.

Répartition en France des différentes méthodes de culture

  • 65 % en labour,

  • 33 % en TCS (Techniques Culturales Simplifiées)

  • 2 % en semis directs (AC)

Le conseil à conclu, après présentation des rendements obtenus en AC après les trois premières années et des nombreux gains écologiques, économiques et sociaux que ces pratiques agricoles sont à retenir et à promouvoir.

Un approfondissement est encore nécessaire dans l’étude de l’AC.



DIESEL


Le parc automobile français se compose aux 2/3 de véhicules diesel pour les particuliers et en quasi totalité pour les utilitaires.

Cette particularité française est due au changement de politique énergétique dans les années 70 en grande partie.

Ont été abordé : - les filtres à particule qui augmentent de 3 à 5 fois la production

d’oxyde d’azote,

  • les indicateurs de performance pour mesurer la pollution des véhicules,

  • le CO2 un faux problème,

  • les alertes aux particules fines sur Paris quand 2/3 de ces dites particules fines arrivent de l’Allemagne et des pays voisins,

  • quelles incitations et mesures devons nous envisager pour baisser la part de véhicules diesel de notre parc ?



TAFTA


D’une manière générale, ce traité permettra :

  • l’ouverture à la concurrence de tous les secteurs et marchés,

  • la suppression des barrières douanières,

  • l’élimination des barrières non tarifaires et

  • la création des tribunaux d’arbitrage une « justice privée ».


Outre le changement des normes sociales, sanitaires, éducatives, etc …, il menace très fortement celles de l’environnement et de la santé.

En effet, le principe de précaution qui prévaut dans notre pays n’existe pas dans la législation américaine.

Les normes américaines sont très différentes des nôtres.

L’exploitation des gaz de schiste sera possible.

La culture des OGM est soumise à autorisation dans l’ UE pas aux USA.

L’importation de viandes provenant d ‘élevages industriels gigantesques utilisant la RACTOPAMINE. Un bronco-dilatateur ( interdit dans 160 pays dont l’UE, la Russie et la Chine) pour traiter les porcs et bœufs malades qui est détourné et utilisé intensivement parce qu’il provoque une prise de poids plus rapide et importante.

L’arrivée dans nos assiettes de volailles désinfectées avec des solutions chlorées pour les rendre acceptables à la consommation humaine.

Les résidus de pesticides dans les fruits et légumes.

La viande bovine élevée aux hormones de croissance.

La disparition de la réglementation REACH sur les substances chimiques.

La suppression des droits de douane agricoles qui engendrera inexorablement la disparition des petites exploitations, des appellations géographiques et de qualité, de la viticulture, des circuits courts, etc… pour laisser la place aux très grandes exploitations plus concurrentielles.

Suppression de la PAC puisque contraire à la concurrence.

Et pour ceux qui essaieront de résister à ce nouveau système, les industriels leur opposeront les tribunaux d’arbitrage avec des juges privés.


Rien qu’en abordant le domaine environnemental, vous pouvez appréhender l’incommensurable bouleversement que ce traité va apporter à notre mode de vie actuel.

In fine notre démocratie, notre mode de fonctionnement, nos emplois et notre santé sont en danger au nom d’une espérance de croissance économique de 0,2 %, qui reste d’ailleurs à démontrer ?


Le conseil national a souhaité débattre d’autres sujets non inscrits à l’ordre du jour qui feront l’objet d’une autre communication de ma part et que nous pourrons évoquer en réunion départementale au sein de notre antenne prochainement.


N’hésitez pas à me solliciter pour toute information complémentaire.

 

Cordialement,

Virginie Castagnol

 


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    m.piard@orange.fr (vendredi, 05 juin 2015 22:45)

    Je ne suis pas d accord avec le diesel qui aujourd’hui n est pas plus pollueur que l essence et revient beaucoup moins cher. Si on veut que l'écologie soit crédible il ne faut pas rentrer dans le jeu des écolos comme Dufflot du PS mais avoir de véritables enjeux dans lesquels les français peuvent se reconnaitre

  • #2

    castagnol virginie (samedi, 06 juin 2015 16:17)

    Absolument c'est le moteur diesel Peugeot qui est le plus performant à l'heure actuelle et quand les écolos parlent de la pollution par les particules fines ils ne se situent quasiment qu'à Paris où les 2/3 de ces dernières arrivent d'ailleurs et ne sont pas dues aux véhicules diesel.
    Le constat est que nombre d'automobilistes ont fait le choix du diesel par incitation et que ce choix ne correspond pas à leur mode de vie en général ( milieu urbain, kilomètres parcourus, etc...).
    L'article n'est pas un pamphlet contre le Diesel mais pose la réflexion de l'adaptation des véhicules par rapport à son utilisateur et à son utilisation.
    Il est important d'avoir une réflexion globale et de tenir compte des zones rurales comme le Lot en particulier qui voit son offre de transport ferroviaire diminué et où l'automobile est nécessaire.
    Nous reparlerons de ce sujet en réunion mais sache dès maintenant que le CNE n"est pas opposé aux véhicules diesel mais que l'on explore d'autres critères de mesure de la pollution de l'air plus adéquats ( CO2 un faux problème).
    Les réunions du CNE ont pour vocation de transcrire les attentes des français de par les sujets présentés librement et d'essayer d'y apporter les réponses les plus adaptées et les plus fines.
    J'espère en débattre en réunion départementale avec vous et de bien d'autres sujets.
    Cordialement Virginie