Grippe aviaire : Question d'Emmanuel Crenne au Conseil Régional

emmanuel crenne front national conseil régional lrmp grippe aviaire

   Madame le Président, Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents, Mes chers Collègues,

 

Suite à l’épidémie de grippe aviaire qui sévit dans notre région, le gouvernement vient d’annoncer le gel de la production des élevages d’oie et de canard du Sud Ouest, afin d’éviter les abattages préventifs massifs pratiqués par le passé et de permettre aux équipes sanitaires de procéder à la désinfection complète des installations. Les élevages ne pourront donc plus accueillir de nouveaux canetons pendant plusieurs mois, pour permettre l'assainissement de l'environnement en créant un vide sanitaire. Il est louable de vouloir éviter les abattages massifs d’animaux. Néanmoins les éleveurs ne pourront pas continuer à acheter des animaux jeunes à engraisser, ce qui conduira à une perte de chiffre d’affaire considérable. Il n’existe pas d’assurance pour couvrir ces risques : c’est donc tous les producteurs qui en pâtiront sans compensation financière.

 

Nombre d’éleveurs sont déjà très affectés par le climat économique, les charges élevées et les dettes. Sans aide beaucoup ne survivront pas. C’est donc toute une filière qui risque d’en pâtir, car au-delà des éleveurs, c’est toute la chaîne de production qui risque d’être affectée : de l’engraissage au produit fini en passant par le gavage. Il convient d’étudier un exemple chiffré afin de prendre la mesure des difficultés en question. Nous étions cette semaine chez un éleveur de canards à Sainte Alauzie dans le Lot. Cette exploitation élève environ 36.000 canard par an en trois bandes d’élevage séparées, soit 9.000 canards en permanence. Les mesures proposées auraient pour conséquence une perte de chiffre d’affaire annuel de 169.200 au cours actuel de 9.40 euros HT le canard. L’excédent brut d’exploitation est de 13.000 euros annuels, les cotisations MSA de 600 euros par mois et les remboursements de dette mensuels de 2.600 euros pour un capital restant dû de 150.000 euros. Si le gel proposé par le gouvernement s’applique sans filet de protection, vous comprendrez donc que cette exploitation disparaîtra à la fin de la période de gel envisagée. La désinfection n’aura servi à rien puisque la production ne pourra pas reprendre.

 

Plus grave encore, la Direction des Services Vétérinaires du Lot a indiqué à ces éleveurs que le nombre de bandes de canards serait réduit de trois actuellement à une seule de façon permanente, même après la date de permission de reprise d’activité. Cette mesure si elle est confirmée elle aussi les condamnera puisque leur chiffre d’affaire s’en trouvera réduit des deux tiers. Pour maintenir son chiffre d’affaire cette exploitation sera alors contrainte d’investir massivement, ce qui ne sera pas possible compte tenu de sa situation financière. Elle devra alors fermer.

 

En plus des mesures du plan qui doit être proposé par le gouvernement Français à l’Union Européenne la semaine prochaine, il nous parait donc important que soit en place un système d’aide financière d’urgence aussi bien sur le plan national que régional afin d’éviter la disparition de nos producteurs tenant compte de la perte d’exploitation avec un système de paiement rapide, de geler le paiement des cotisations MSA et d’imposer aux banques finançant les exploitations un gel intégral des intérêts et des remboursements qui leur sont dus. Certains éleveurs affectés par l’abattage de leurs animaux en Novembre n’ont toujours pas été indemnisés et certains sont au bord de la faillite.

 

L’élevage d’oie et de canard est une composante essentielle à l’identité du Sud Ouest et il est donc urgent qu’un mécanisme de compensation financière efficace soit mis en place afin de la défendre.

 

Nous vous demandons donc quelles mesures et aides spécifiques vous comptez mettre en place afin de palier aux effets pernicieux des mesures gouvernementales proposées et de préserver la continuité de l’exploitation de nos éleveurs en particulier pour les plus fragiles.

 

Emmanuel Crenne,

Conseiller Régional FN RBM




En vidéo :


Télécharger la question :

Télécharger
Question Orale d'Emmanuel Crenne - 18/01/16
Question d'Emmanuel Crenne au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées au sujet de la grippe aviaire.
QuestionOrale_ECrenne.pdf
Document Adobe Acrobat 150.5 KB

Sur le site du Front National :


Écrire commentaire

Commentaires : 0