Mascarade de la primaire à droite

mascarade primaire droite

La venue de Thierry Solère dans le Lot marque le début d'une longue opération d'enfumage médiatique : la primaire de la droite et du centre. Malgré tout ce que pourront dire les cadres du parti «Les Républicains», il s'agit bien d'une énorme mascarade visant à occuper l'espace médiatique jusqu'en novembre, afin masquer un vide politique confondant. En effet, les adhérents et sympathisants de droite vont devoir payer 4 euros pour sélectionner le visage de leur futur candidat à l'élection présidentielle.

 

Mais parmi les principaux candidats à l'investiture se trouvent l'ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, son 1er Ministre François Fillon et deux de ses ministres Alain Juppé et Bruno Le Maire. Ils sont donc tous responsables ou, à minima, coresponsables du désastreux bilan (+ 1 million de chômeurs et + 600 milliards d'euros de dette) de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. C'est donc tout ce que la droite a à offrir pour redresser le pays ?

Nicolas Sarkozy «l'américain» aura donc réussi à transformer son parti (l'ex-UMP) en une copie conforme du parti «Les Républicains» d'outre-Atlantique. Même nom, même système de primaires, même goût pour la politique spectacle : il ne lui reste plus qu'à aider Manuel Valls et Emmanuel Macron à monter leur «Parti Démocrate» à gauche pour installer en France le paysage politique américain.

 

Face au spectaculaire effondrement de la gauche et à ce triste spectacle vendu par la droite, il ne reste qu'une seule alternative crédible pour 2017 : le Front National de Marine Le Pen. Même la très centriste Rama Yade vient de reconnaître que Marine Le Pen était la seule à «avoir une vision pour la France». C'est dire si le projet patriote que nous portons a vocation à convaincre au delà de ce que certains avaient l'habitude d'appeler «l'extrême-droite».


 

Bruno Lervoire,

Porte-parole du Front National du Lot

Bruno Lervoire



Pour nous suivre sur les réseaux :



bruno lervoire twitter


Actualités par thème :


Écrire commentaire

Commentaires : 0