Le FNJ Lot à la rencontre des lycéens

fnj lot cahors lycée lervoire bruno

Les jeunes du FNJ Lot (46) étaient, cet après-midi,

devant le lycée Clément Marot de Cahors, à la rencontre des lycéens.

 

Une action militante qui n'a pas manqué de faire parler ...

Réaction de Bruno Lervoire à l'article de La Dépêche du Midi :

Dans votre édition d’aujourd’hui, vous avez fait le choix d’évoquer notre distribution de tracts devant le lycée Clément Marot de la semaine dernière, sans consulter les participants à ce tractage pour écrire votre article. Si vous l’aviez fait, vous auriez sans doute évité d’écrire quelques erreurs.

 

D’abord, les jeunes militants du FNJ Lot étaient bien présents, ce mardi 13 décembre devant le lycée, mais pas « à l’heure du déjeuner », comme vous l’indiquez dans votre article. Nous étions sur place de 16h30 à 17h30, à l’heure de la sortie des lycéens.

 

Nous avons donc pu échanger pendant près d’une heure avec de nombreux jeunes intéressés avant l’irruption d’une dizaine d’agitateurs venus clairement perturber ces échanges. Nous avons également dû faire face à un abus de pouvoir d’un assistant d’éducation du lycée qui nous a demandé de quitter les lieux à plusieurs reprises sous des prétextes fallacieux, alors même que nous étions sur la voie publique.

 

Le mauvais accueil qui nous a été réservé n’est donc pas le fait des lycéens eux-mêmes mais de quelques provocateurs et d’un agent du lycée. 

 

Si Mme le Proviseur parle d’un « non-événement » dans votre article, c’est sans doute parce qu’elle n’a pas conscience de ce que ce premier tractage représente. Les militants du FNJ Lot sont de plus en plus nombreux et motivés et prévoient déjà de nombreuses actions similaires sur l’ensemble du département.

 

Ce que Mme le Proviseur, son assistant d’éducation et toute la classe politico-médiatique du Lot doivent comprendre c’est que, dans le lycée Clément Marot de Cahors, comme dans tous les autres lycées de France, plus d’un tiers des jeunes soutiennent le projet de Marine Le Pen. Ils ne sont pas des sous-lycéens et ont le droit, comme les autres, à être informés.

 

Par ailleurs, les tracts que nous avons distribués concernaient bien la « sécurité » et l’ « identité », comme vous le mentionnez dans votre article, mais également le « chômage », le « logement », la « liberté d’expression » et les « libertés numériques ». En fait, ils concernaient l’ensemble thèmes qui préoccupent les jeunes.

 

Mais surtout, et vous avez encore oublié de l’écrire, ces tracts étaient intitulés : « Ton avenir t’appartient : vote ! ». Il s’agissait d’abord d’appeler les jeunes à s’inscrire sur les listes électorales avant le 31 décembre. Notre présence devant le lycée était donc un acte civique, tout autant que politique.

 

 

Bruno Lervoire,

Coordinateur régional adjoint du FNJ

Bruno Lervoire



Pour nous suivre sur les réseaux :




Actualités par thème :


Écrire commentaire

Commentaires : 0