Migrants, sabres et barres de fer : importation de la guerre des gangs à Cahors ?

migrants insécurité guerre gangs cahors lervoire

Le Front National avait prévenu ! Répartir les migrants de la jungle de Calais dans la ruralité, c’était prendre le risque d’importer l’insécurité dans nos campagnes. Les autorités n’ont rien voulu entendre et ont décidé d’héberger des dizaines de migrants à Cahors.

 

Résultat, depuis plusieurs mois, les habitants du quartier de la gare SNCF font face à des nuisances de plus en plus importantes. Entre les soirées arrosées, la musique à fond et les bouteilles d’alcool qui jonchent le sol, les résidents se sentent livrés à eux-mêmes. Abandonnés par les pouvoirs publics, certains d’entre eux ne trouvent plus le sommeil et se voient dans l’obligation de ramasser eux-mêmes les débris et de réparer eux-mêmes les dégâts des parties communes. C’est inacceptable.

 

Mais ce week-end, un cap a été franchi. Après une impressionnante rixe sur les allées Fénelon, une violente bagarre a éclaté, dans la nuit de vendredi à samedi, au pied de l’immeuble où sont logés les migrants, avenue Jean Jaurès. Plusieurs groupes, armés de couteaux, poings américains, sabres et barres de fer, se sont affrontés pendant toute une partie de la nuit sous les fenêtres des résidents. Alertés par les habitants, la police, en sous-effectif (3 contre près de 25) n’a rien pu faire. Aucun fauteur de trouble n’a été arrêté.

 

Porte d'entrée de l'immeuble brisée pendant les affrontements
Porte d'entrée de l'immeuble brisée pendant les affrontements

Devant l’absence de réponse du Maire et de Lot Habitat, et face à l’incapacité des forces de l’ordre à réagir, les résidents n’ont eu d’autre recours que de faire appel au Front National. Dans quel pays vivons-nous ? Comment peut-on tolérer que des Français, ayant travaillé et payé des impôts toute leur vie, se retrouvent dans une telle situation ?

 

Alors que certains habitants parlent de « ghettoïsation du quartier » et que même les plus favorables d’entre eux à l’accueil des migrants se disent aujourd’hui « déçus » et « inquiets pour l’avenir », le Front National exige que des mesures soient prises. Les migrants délinquants doivent être expulsés du territoire. Nous n’avons pas vocation à accueillir des gens qui ne respectent pas nos lois !


 

Bruno Lervoire,

Porte-parole du Front National du Lot

Bruno Lervoire




Pour nous suivre sur les réseaux :




Actualités par thème :


Écrire commentaire

Commentaires: 0